GeoConcept présente son rapport annuel de Tendances sur le Géomarketing

Par Estelle Schomann :: 27/07/2007 à 10:05 :: Methodes et etudes marketing

Après l'article Le géomarketing : définition et origine, voici un communiqué de presse de Geoconcept qui fait le point sur les tendances du Geomarketing. Très interessant... Bonne lecture !

 

L’engouement pour le Géomarketing se confirme. Après avoir soulevé de nombreuses questions et éveillé une certaine attente depuis le début des années 90, cette discipline est aujourd’hui devenue incontournable dans la réflexion stratégique et opérationnelle de nombreuses entreprises et organisations.

Paris, le 21 juin 2007 : GeoConcept SA, concepteur leader de technologies d’optimisation cartographiques pour les professionnels, présente la deuxième édition de son Rapport sur les Tendances du Géomarketing. Réalisé grâce à l’analyse de questionnaires remplis par les participants des 4èmes Assises du Géomarketing, organisées le 20 mars dernier à Paris par Business Expression, il propose, une fois encore, de faire la lumière sur les perceptions, usages et attentes dans ce domaine et pour la première fois, de présenter les profils des sociétés intéressées par la discipline.

 

Le Géomarketing : Effet de mode ou réel engouement ?

La présence croissante du GPS dans le paysage technologique a permis à un très large public de se familiariser avec les informations géospatiales. Les technologies deviennent donc abordables, plus seulement réservées aux spécialistes. On constate en effet que 90% des personnes interrogées se déclarent familières avec le concept de Géomarketing (contre 82% l’an passé).

Dans le cadre de son utilisation, le Géomarketing est toujours considéré comme un véritable outil d’analyse par la majorité des sondés (76%) et comme un outil d’amélioration des performances (67.5%). Il se confirme également être un puissant outil de communication (+ 16.6% par rapport à 2006). Phénomène plus nouveau, il se présente désormais comme un outil de simulation (33.75%). Cette tendance démontre certainement que les professionnels ont davantage pris conscience de l’utilité des nouvelles fonctionnalités permettant de réaliser des analyses plus poussées (analyses prédictives) et de simuler sur la carte l’impact de leurs hypothèses avant qu’elles ne deviennent de vraies décisions. Ainsi placé au rang d’outil d’aide à la décision, le Géomarketing semble mériter, au vu des chiffres évoqués, une communication continue afin d’être largement adopté.

Plus qu’un effet de mode, le Géomarketing suscite désormais un réel engouement puisque 78% des sondés déclarent avoir déjà utilisé directement ou indirectement cet outil (+16.2% par rapport à 2006). Parmi eux, 37.5% l’ont exploité pour optimiser le maillage d’un réseau de points de vente. 31.3% l’ont utilisé pour établir des ciblages précis lors d’opérations de Marketing Direct, 22.5% l’ont employé dans le cadre de leur actions de communication interne et externe, 20% lors de calculs d’objectifs de détermination de territoires de vente, et enfin, 11% pour adapter leur offre au profil des consommateurs. On constate donc qu’au final, les principales tendances d’exploitation de 2006 se confirment, avec néanmoins une nouvelle donne puisque l’emploi d’outils de Géomarketing lors d’actions de communication croît de près de 8% par rapport à l’an passé. Venant ainsi conforter l’idée, évoquée précédemment, que le Géomarketing tend à se rapprocher du Décisionnel.

Le Géomarketing : Un outil qui allie fiabilité et performance

Hier simple science représentative, le Géomarketing mélange aujourd’hui algorithmes et solutions de cartographie, permettant d’obtenir des données beaucoup plus fines et donc de fournir des analyses plus pertinentes. Ceci expliquant sûrement le fait que près de deux utilisateurs de solutions de Géomarketing sur trois estiment que les résultats obtenus sont conformes à leurs attentes (contre un peu moins d’un sur trois lors de la précédente édition). De fait, on constate qu’un tiers des sondés souhaite adopter des solutions à plus forte valeur ajoutée (prédictif, simulation…), qu’un cinquième aimerait déployer les solutions auprès des opérationnels et enfin 10% les développer en interne.

Du côté des bénéfices liés à l’utilisation du Géomarketing, l’étude confirme que le principal avantage escompté est l’optimisation de la prospection, rendue possible grâce à des actions de conquête mieux ciblées; le critère recueille en effet 68.75% de réponses des personnes interrogées. Suivent, dans le même ordre que pour l’édition 2006, le gain de temps (50%), permettant une amélioration de la productivité, les économies (42.5%), réalisées grâce à l’optimisation des coûts de distribution et de conquête et enfin, la fidélisation de la clientèle (22.5%), récompense logique de l’adaptation précise de l’offre aux besoins des consommateurs locaux.

Le Géomarketing pour tous

Les utilisateurs du Géomarketing proviennent d’horizons variés, principalement du secteur commerce/distribution (23% des présents lors des Assises du Géomarketing), de la banque/finance/assurance (16% des participants) et des industries (13.5%). Plus précisément, ce sont généralement des personnes rattachées à la direction commerciale ou marketing de leur société, bien que tout manager de magasin ou membre d’une équipe commerciale soit aussi habilité, dans le cadre de sa mission, à utiliser des outils de Géomarketing.

Communiqué Geoconcept

Estelle

Lire aussi :

Le géomarketing : définition et origine

Etudes Marketing : Les méthodes de segmentation

Par Estelle Schomann :: 23/07/2007 à 16:54 :: Methodes et etudes marketing

Pour compléter l'article La segmentation : définition et critères qui vous expliquait ce qu'est la segmentation et quels en sont ses critères, voici un rappel des deux principales méthodes de segmentation existantes : la méthode de segmentation traditionnelle et la typologie.

 

On rappelle egalement que ces différentes méthodes s'appliquent notamment dans le cadre de la définition d'un échantillonnage pour la réalisation d'un sondage.

 

 

La segmentation traditionnelle

 

On la considère comme une methode descendante et elle est le résultat d'une étude quantitative :

 

- Lors de la définition du plan de sondage, les responsables de l'étude sélectionnent les critères qui leur semblent les meilleurs, à priori, pour segmenter le marché etudié. Ils les intègrent ensuite sous forme de question le plus souvent dans la partie signalétique du questionnaire.

 

- Lors du traitement des résultats, ils réalisent des tris croisés entre les critères de segmentation et les autres questions posées pour évaluer l'existence et l'importance des segments.

 

- La méthode traditionnelle comporte ainsi trois étapes :

 

            - Evaluation des critères

            - Choix des critères à priori

            - Classisifcation en segment

 

Cette méthode a pour avantage la création de segments bien distincts les uns des autres. Sa mise en place est assez simple et les segment définis sont facilement mesurables. Il est important cependant de retenir des critères restreints pour conserver une qualité dans les résultats.

 

Un seul réel risque : la non-pertinence dans le choix des critères (par exemple, les critères psycologiques ne peuvent etre utilisés).

 

 

La typologie

 

On considere la Typologie comme une methode ascendante :

 

- A partir de l'analyse des réponses des personnes interrogées, des regroupements sont effectués. On constitue alors des groupes, ou des "types", en fonction de la similitude ou de la " proximité" de leurs reponses.

 

La typologie comporte donc deux étapes :

 

            - Analyse des caractéristiques des individus

            - Regroupement homogènes des individus

 

Il est préférable d'utiliser cette méthode lorsqu'il est difficile de définir des critères à priori. Meme si la Typologie est assez bien adaptée lorsqu'il s'agit de connaitre l'importance accordée aux caractéristiques d'un nouveau produit (par exemple), la qualité opératoire en reste biaisée (certains individus se retrouvent inclassables!).

 

Nous verrons par la suite quelles sont les stratégies de segmentation.

Estelle

Lire aussi dans la même catégorie :

Les études qualitatives : les différentes techniques

Géomarketing : Définition et Origine

La segmentation : définition et critères

Etudes Marketing : les études documentaires

 

Etudes Marketing : Les études documentaires

Par Estelle Schomann :: 15/07/2007 à 12:29 :: Methodes et etudes marketing

 

Les études documentaires sont des sources d’informations secondaires. Elle se receuillent grace à des sources externes et interne à l'entreprise :

 

Les sources externes :

 

- L'ensemble des données receuillies grâce à différents organismes officiels : Insee, Ministères, mairies, Credoc, etc …

- L'ensemble des donnees publiées ou éditées par les concurrents

- Les études réalisées par les revues spécialisées telles que LSA, Management, etc... (ils sot nombreux en fonction des secteurs !)

- Enfin, les banques de données telles que Kompass…

 

Ces données sont accessibles à tous. La synthèse de ces sources externes vous permettra d'établir une étude de marché parallèle à celle obtenue grâce aux diverses actions marketing terrain. Les études documentaires permettent de conforter un choix ou au contraire l'abandonner.

 

 

Les sources internes

 

Les sources internes à l'entreprise sont l'ensemble des données liées à l'activité qui vont permettre d'évaluer le marché :

 

- Les statistiques (ventes, évolutions: CA, produits, clients…)

- Les archives (mémoires de l’entreprise)

- les diffrents fichiers (fichiers clients, fournisseurs, distributeurs…)

- La rentabilité et les élements de comptabilité

 

 

Le Système d’Information Mercatique ( SIM )

 

"C’est l’ensemble de moyens et des procédures organisées pour collecter, mémoriser, traiter et diffuser des informations au service des besoins du service mercatique dans le but de définir une politique commerciale efficace."

 

L’entreprise doit pratiquer une veille informationnelle.

 

Quelles sont les caractéristiques de l’information ? Elle doit être précise, fiable, exacte, objective, actuelle, pertinente et disponible rapidement. Elle doit être adaptée au destinataire.

 

La qualité de l’information entraîne la qualité des décisions prises au niveau stratégique ou opérationnel.

 

Conclusion :

Les études documentaires sont les sources d’informations les moins coûteuses. Elles sont pour la plupart gratuites et permettent de conforter une décision stratégique. Elles sont aussi le résultat de différentes veilles (concurrentielles, technologiques...).

 

 

Lire aussi dans la même catégorie :

 

 

La segmentation : définition et critères

Par Estelle Schomann :: 05/07/2007 à 17:13 :: Methodes et etudes marketing

 

La sémiologie (ou la séméiologie) est l'étude du développement et du rôle des signes culturels dans la vie des groupes .

 

 

1- Définitions

 

"Segmenter, c'est découper un marché, par nature hétérogène, en sous ensemble d'individus ayant des attentes, des besoins et des comportements homogènes."

 

Les segments doivent avoir des qualités communes :

- L'homogénéité à l'intérieur des segments

- Des accessibilités ( repérer un segment pour adapter des actions mercatiques )

- Une rentabilité (résultat d'exploitation provenant des ventes supérieur aux coûts spécifiques entraînés par les actions mercatiques pour chaque segment )

- Une durabilité ( des segments constitués ) : permanence dans le temps des critères de segmentation ( à moyen terme)

- Une délimitation du nombre et de la taille des segments

 

 

2- Les criteres de segmentation

 

Voici la listes des criteres classiques de segmentation. Ils se croisent pour des résultats affinés !

 

- Criteres socio demographiques : sexe, age, taille du foyer, nationalité, niveau d'instruction, les revenus, la taille, le poids, la profession, la CSP ...

 

- Criteres geographiques : lieu d'habitation, climat, type d'habitation ...

 

- Criteres psycologiques ( centrés sur la personne ) : personnalité ( introvertie, extravertie ... ), les attitudes ( active, passive, relaiste, sceptique ... )

 

- Criteres comportementaux : quantités consommées, les habitudes de consommation ...

 

- Critere geomercatique : relie un critere geographique à un critere socio economique . Il a donné lieu à la conception de geotypes ( rural ) et des ilotypes ( urbain ) .

 

 

Estelle

 

Lire aussi dans la même catégorie :

 

Les études qualitatives : les différentes techniques

Géomarketing : Définition et Origine

Etudes Marketing : les études documentaires

Le géomarketing : définition et origine

Par Estelle Schomann :: 04/07/2007 à 9:12 :: Methodes et etudes marketing

 

Définition                                                                                                     

 

- Le géomarketing est un marketing opérationnel, qui capte des informations précieuses en croisant des

données statistiques, cartographiques et géographiques avec les connaissances d’un marché.     

 

- C’est un type d’études qui consiste à fournir, sur le terrain, des outils très opérationnels. Il permet

d’établir des cartes qui intègrent des données socio démographiques (sexe, âge, situation familiale…), économiques (revenus, CSP…), et comportementales (déplacements, habitudes de consommation )

grâce aux bases de l’entreprise ( données internes ) et aux bases de données comme l’INSEE. 

 

- Enfin , il est une « analyse du comportement du consommateur en fonction de son lieu d’habitation,

facilitée par les systèmes d’informations géographiques (SIG ) qui (…) les restituent sur des fonds de

cartes géographiques ».

 

- Ainsi, le géomarketing est un outil d’aide à la décision, pour « définir, mettre en œuvre et  contrôler 

la stratégie commerciale dans le temps et l’espace ».

 

 

Son origine

 

Le géomarketing naît en 1830 lorsque des scientifiques analysent l’influence de l’espace sur des

implantations agricoles. Jusqu’en 1930, des recherches approfondies ont participé à la mise en place

du géomarketing ( Weber, Reilly, Lösch, Christaller…).

 

Des 1930, le géomarketing s’est développé grâce à l’évolution de trois facteurs :               

- une nouvelle géographie : création de nouveaux territoires de consommation (attraction différente en centre villes, en centres commerciaux…)

 

- une nouvelle mobilité : développement des voies de consommation ( déplacements plus faciles pour effectuer l’achat )

 

- un nouveau consommateur : changement du comportement d’achat. Il n’y a plus de mode de consommation homogène. Il s’agit d’une individualisation.

 

Estelle

 

 

Lire aussi dans la même catégorie :

 

Les études qualitatives : les différentes techniques

La segmentation : définition et critères

Etudes Marketing : les études documentaires

Les etudes qualitatives : techniques

Par Estelle Schomann :: 24/06/2007 à 16:00 :: Methodes et etudes marketing

  

1- La retrospective

 

Cette technique a pour principe de faire revivre une situation en demandant de se souvenir et de decrire ses sentiments .

Ex : visite d’un magasin, dernier achat d’un produit …

 

 

2- La technique projective

 

Elle a pour principe :

- de soummettre à l’individu des figures, des dessins, des photos...

- de lui demander de se projeter dans la situation

- de dévoiler motivations attitudes, craintes, attentes …

 

Ex : Rorschach ( test de taches d’encre ) , TAT de Murray ( faire agir des personnages ) , test de frustration de Rosenzweig ( remplir des bulles de réponses aux personnages ), les jeux de rôle ( selon un scénario donné ) …

 

 

3- La technique associative

 

Elle a pour principe de découvrir l’imaginaire lié à un produit (associer mots et images qui viennent spontanément à l’esprit).

 

 

4- Les techniques comparatives

 

Elles sont complémentaires aux autres techniques. Elles sont une phase préparatoire aux études quantitatives. Il s’agit de permettre de distinguer les différentes dimensions de la perception (ou de l’attitude) envers des produits ou des marques.

 

Ex : comparaisons par paire, technique du pivot (le consommateur est interrogé sur un produit tiré au hasard : il doit dire ce qui le différencie des autres), triades de Kelly (tirés 3 par 3, dire si 2 produits se ressemblent : pole émergent ; ou sont différent : pole implicite …) …

 

 

5- L’observation du comportement

 

Elle a pour principe de quantifier certains comportements (observés à l’insu du consommateur)

 

Ex : In situ (observation sur le lieu d’achat), en laboratoire (mesurer les comportements grâce à une camera pour observer)

 

 

6- La technique des protocoles

 

Elle a pour principe une étude des facteurs influençant la décision d’ ”achat en demander à n individu de penser à haute voix. (Représentation sous forme d’un arbre de décision du protocole de décision de l’individu).

 

Estelle

 

Lire aussi dans la même catégorie :

Géomarketing : Définition et Origine

La segmentation : définition et critères

Etudes Marketing : les études documentaires

Le Blog du Marketing Stratégique et opérationnel (Mix Marketing) - Blog créé avec ZeBlog
magazine - référencement
Referencement gratuit Ce site est proposé sur plus de 500 moteurs et annuaires